Un artiste, Une œuvre, une technique, un atelier

Albrecht Dürer

Albrecht Dürer (1471-1528) est un grand maître de l’art allemand à la Renaissance, né à Nuremberg d’un père orfèvre, il est très tôt un virtuose du dessin ; en témoigne son autoportrait à l’Age de 13 ans. Il décide de devenir peintre, et entre en apprentissage à l’atelier de Michael Wolgemut. C’est là pour la première fois, qu’il s’initiera à l’art de la gravure sur bois. Albrecht Dürer voyage plusieurs fois en Italie, il y découvre l’antiquité et assimile de nouvelles techniques de gravures sur cuivre comme l’eau-forte ou la pointe sèche. Dans les années suivantes, Dürer va un peu délaisser la gravure pour la peinture et le dessin. Il reprendra cette technique de façon durable pour son nouveau mécène l’empereur Maximilien 1er, entre autres avec le cycle des 15 gravures sur bois de « l’Apocalypse ». La gravure lui permettant comme il le dit lui-même de revenir à l’essentiel, c’est à dire le dessin. Albrecht Dürer est un artiste humaniste de la renaissance, il s’intéresse aux formes de la nature et les étudie de façon très précise avec le dessin et l’aquarelle, mais il garde aussi un penchant pour le fantastique de la peinture flamande. Nous retrouvons cet esprit dans la gravure sur bois du rhinocéros ou il fait de cet animal une chimère plus proche d’un rêve que d’une réalité. Albrecht Dürer est un maitre de la gravure il est admiré pour la virtuosité de son trait mais aussi pour la complexité de ses images, où il cherche une harmonie une beauté idéale propre à cette période de la Renaissance. La gravure de par sa technique de production de multiples est à l’époque le seul moyen de faire circuler les œuvres du nord au sud de l’Europe. Les estampes d’Albrecht Dürer vont être largement diffusées et connaîtrons un succès retentissant, ainsi son œuvre aura été un pont artistique entre le nord et le sud.

Autoprotrait de 1484

La grande touffe d'herbe